loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Le président de la République d’Ouganda, Yoweri Museveni a appelé à imposer une taxe sur l’utilisation de WhatsApp, Facebook, Twitter, Skype et Viber. Cette mesure permettra d’augmenter les revenus fiscaux de l’Etat et de combattre également le commérage qui nuit à l’image du pays.

Président Museveni compte « « proposer une taxe sur l'utilisation d'Internet à des fins éducatives, de recherche ou de référence [...] mais sur les réseaux sociaux (opinions, préjugés, insultes, conversations amicales) et les publicités de Google et je ne sais pas qui d'autre doit payer l'impôt parce que nous avons besoin de ressources pour faire face aux conséquences de leur lugambo (commérage) ».

Le montant de la taxe sera estimé sur la base du nombre de minutes passées par les Ougandais sur les réseaux sociaux et applications Over-The-Top (OTT). Matia Kasaija, ministre des Finances, a déclaré que les détails sur la nouvelle taxe seront inclus dans les nouveaux projets de Loi de finances, présentés au Parlement.

Toutefois, cette mesure n’a pas plu aux opérateurs et entreprises de télécommunications ni aux consommateurs parce qu’elle augmentera la pression fiscale sur les abonnés aux services internet et bouquets de données.

Pin It