loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

La connexion sans fil existe actuellement presque partout dans l'infrastructure moderne qu'on trouve dans plusieurs endroits, tels  que les cafés, arrêts de bus, aéroports, écoles, et bureaux. Sans le réseau Wifi, il serait très difficile de rester en contact avec les gens. Le Wifi n'a pas pénétré l'industrie des compagnies aériennes pour une longue période ; en effet, en voyageant, les passagers devaient éteindre leurs téléphones mobiles et accepter le manque général de connectivité avec le monde en dessous. Durant les dernières années, tout a changé, surtout avec l'émergence de services sans fil fiables et gratuits, qui sont disponibles à bord des vols commerciaux.


Bien que le réseau sans fil de base se soit introduit pour la première fois à la fin des années 90, il a fallu attendre jusqu'à 2009 pour voir la première compagnie aérienne offrir le Wifi à bord. Virgin America était la première compagnie aérienne à offrir le service sans fil Gogo à bord de tous ses vols. Gogo Inc. est un fournisseur de services internet haut débit dans les avions et autres services de connectivité pour les aéronefs commerciaux et d'affaires basé à Chicago. L'entreprise a parrainé les services de l'internet sans fil en établissant des partenariats avec 12 compagnies aériennes dont Virgin America, Air Canada, United Airlines et Virgin Atlantic.

Le Wifi à bord est encore un service relativement nouveau, en cours d'évolution et d'amélioration. Depuis son émergence, ce service n'était pas à la hauteur des besoins technologiques des passagers qui aspiraient à une connectivité rapide et cohérente. Plusieurs compagnies aériennes  avaient annoncé qu'elles offriraient le Wifi à bord en 2015, notamment Ryanair, Finnair, Sri Lankan Airlines, Kuwait Airways, TAAG Angola Airlines et West Jet. Toutefois, il restait encore un long chemin à parcourir avant de voir ce service disponible à bord des avions de toutes les compagnies aériennes à un prix raisonnable et une grande vitesse.

Aujourd'hui, un nombre limité de compagnies aériennes offre des services Wifi gratuits à bord, dont Emirates, JetBlue, Norweigian, Turkish Airlines, Air China, Philippine Airlines, Hong Kong Airlines, et Nok Air. Cette orientation va se répandre certainement vu que les compagnies aériennes commencent à réaliser de plus en plus les avantages de garder leurs passagers connectés  à l'ère du numérique.

En outre, la disponibilité de l'internet dans les avions augmente constamment parmi les compagnies aériennes leaders au Moyen-Orient qui sont connues par leurs services luxurieux. "" Nous nous attendons à ce que la région ait l'un des déploiements de connectivité les plus larges lors des années à venir, "" dit Heath Lockett, senior analyste dans le secteur aéronautique  d'une entreprise de recherche basée aux États-Unis.

"" Ceci est stimulé par le fait que plusieurs compagnies aériennes telles que Emirates Airline, Etihad Airways, et Qatar Airways, offrent un grand niveau de luxe à leurs passagers, ayant la connectivité comme partie-clé des plans actuels pour les avions existants et des plans futurs pour les nouveaux avions qui viendront s'ajouter à leur flotte, ""ajoute-t-il.

Origines du Wifi à bord

Durant les années 90, les avions disposaient de combinés Airfone. Chaque appel téléphonique coûtait une fortune et n'offrait qu'une courte interaction statique avec quelqu'un au sol, grâce à des tours terrestres. Quand les compagnies aériennes ont constaté que les passagers n'étaient pas en train d'utiliser l'Airfone, Gogo a eu l'idée d'utiliser la même fréquence pour développer le service d'internet dans les avions.

L'étape d'exécution paraissait très simple : les compagnies aériennes devaient installer une antenne sur la partie inférieure de l'avion pour garantir une communication avec les stations au sol. Toutefois, bien sûr que les stations au sol ne pouvaient être placées dans l'océan, alors il a fallu penser à une autre solution pour garantir l'internet à bord des vols internationaux ; c'est de  là qu'est née l'idée d'utiliser des satellites.

La bande d'émission des satellites est plus coûteuse, voilà pourquoi la mise en place du modèle commercial était difficile au début, mais aujourd'hui, il prospère. Lors des premières étapes de l'adoption du Wifi à bord, les antennes sans fil posaient eux aussi un problème. Par exemple, l'Administration fédérale de l'aviation (FAA) devait s'assurer que tous les aéronefs pouvaient  continuer leur trajet, même si un oiseau heurtait contre le radôme (radar qui couvre l'antenne) à une vitesse de 400 miles par heure.

A l'heure actuelle, il existe différents types de réseau sans fil dans l'avion disponible aux passagers qui aiment rester connectés même en voyageant. Par exemple, le système ATG du Wifi conçu pour les vols  locaux survolant la terre requiert deux antennes doubles installées  au-dessous de l'avion et qui peuvent capter des signaux des tours cellulaires situées  au sol.

L'hôtesse de l'air doit activer le système ATG pour que l'avion commence à capter des signaux des tours  qu'il survole. En effet, la majorité des systèmes ATG offrent aux passagers des vitesses d'internet sans fil de 3 Mbps approximativement qui suffisent pour lire les courriels et consulter les réseaux sociaux. Bien que le dernier système ATG-4 de Gogo puisse supporter près de 10 Mbps, toutefois il n'est pas disponible à bord des avions à une large échelle, contrairement au système ATG-3 plus lent.

Le service offert par le satellite de la bande Ku est un autre moyen pour fournir le Wifi à bord et est populaire parmi les fournisseurs de divertissement à bord tels que Gogo, Panasonic Avionics Corp. et Row 44. La bande Ku assure une couverture plus large que celle assurée par le système ATG et permet aux passagers de rester connectés même en volant hors l'espace couvert par les tours au sol ou au-dessus des océans.

Une antenne de la bande Ku est située dans un appareil ayant la forme d'un dôme sur l'avion et ressemblant à une antenne parabolique de télévision installée sur le toit. L'antenne doit être orientée vers le satellite de transmission pendant que l'avion vole. Les passagers auront accès aux services sans fil au moment où l'antenne capte le signal du satellite fournissant une vitesse de 30 à 40 Mbps.

Bien que les vitesses fournis par la bande Ku sont meilleures que celles fournis par l'ATG, l'efficience dépend du nombre d'avions qu'un satellite peut servir. A cause de la distance qu'un signal doit prendre, la connexion Wifi par satellite souffre souvent de problèmes liés à la latence ; des problèmes qui n'existent pas autant avec les systèmes ATG.

La bande Ka est une autre solution pour le Wifi à bord utilisée normalement pour la communication militaire. C'est le service Wifi le plus rapide disponible dans les avions et est populaire à bord de JetBlue, Virgin America, et quelques avions United 737. La bande Ka est fournie par le fournisseur de services sans fil et satellites ViaSat, grâce à son satellite ViaSat-1 qui rend ce service plus efficace que celui offert par les satellites de la bande Ku et qui garantit des vitesses pouvant atteindre 70 Mbps (similaires à des vitesses dont on peut  profiter chez soi).

Le satellite de la bande Ka de ViaSat lancé en 2011 était le seul de son genre et donc servait  uniquement les Etats-Unis. Toutefois, l'entreprise compte lancer un deuxième satellite de la bande Ka cette année, qui couvrira le Canada et des régions de l'Europe. Profitant de l'exclusivité de la disponibilité de la bande Ka aux Etat-Unis, Virgin America a essayé d'utiliser un récepteur hybride Ka/Ku sur ses aéronefs A320, lui permettant d'alterner entre les bandes Ku et Ka, selon celle qui a le signal le plus fort. D'après Virgin America, ceci permet aux passagers d'avoir accès à Netflix et Spotify.

Dans la majorité des avions modernes, les systèmes de connexion sans fil à bord dépendent d'une technologie similaire à celle une fois utilisée pour équiper les avions des premiers appareils de téléphone intégrés dans les chaises. Dans un aéronef typique, une série de boîtes noires (à ne pas confondre avec les enregistreurs de bord) sera installée derrière le panneau mural sur un côté de l'avion légèrement au-dessus des fenêtres. Ces boîtes serviront de points d'accès du réseau sans fil. Officiellement nommées Wireless Access Points (WAPs), elles  fonctionnent d'une façon similaire aux routeurs qu'on trouve dans les maisons. Toutefois, ces routeurs sont plus coûteux et très fragiles pour être placés à bord d'un aéronef.

En voyageant à bord de différentes compagnies aériennes et en comparant les systèmes Wifi, il faut se souvenir que les vitesses de téléchargement sont contrôlées. En effet, le service sans fil à bord peut être rapide et efficace, toutefois tous les aéronefs le gardent sur le mode "" auto-manette "" afin de pouvoir le distribuer équitablement entre les passagers. Voilà pourquoi, le Wifi à bord sera plus rapide quand le nombre de passagers est limité.

Défis de l'industrie

Le Wifi à bord a fait face à de nombreux défis. En effet, les compagnies aériennes dépendant des tours au sol pour offrir ce service ont fait face à divers problèmes liés à la connexion ; aux Etats-Unis, elles n'en ont pas souffert grâce à la distribution des tours cellulaires partout dans le pays, toutefois dans les régions lointaines telles que Montana et Nebraska, l'implantation des tours est plus étalée, ce qui cause la déconnexion des signaux des antennes.

Afin de résoudre la question de l'interférence de la connectivité avec le sol, le nouveau service ATG-4 a ajouté deux antennes additionnelles qui s'ajoutent actuellement à quelques avions commerciaux. Les tests du service sur les bancs d'essai, volant 737-500 de Gogo, prouvent qu'ATG-4 permet de regarder des vidéos. Toutefois, il est probable que le mode auto-manette réduira la disponibilité de données pour les passagers.

Pin It

Dernier Numéro