loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Les télécommunications sont aujourd'hui un élément important de l'économie ivoirienne. Ce secteur représente 7% du Produit intérieur brut (PIB) avec des acteurs variés et des offres de plus en plus innovantes.


Du réseau de téléphone fixe à la téléphonie mobile, en passant par l'internet, les télécommunications se sont développées rapidement durant ces  vingt dernières années. Depuis cinq ans, on assiste à la mise en place d'une véritable économie numérique. Les mesures prises par le pays depuis 2012 et l'adaptation aux mutations expliquent cette forte croissance.

On note plus de 25 millions d'abonnés au mobile et un taux de pénétration qui avoisine les 100% avec les phénomènes de multi-SIM. Trois opérateurs, Orange Côte d'Ivoire, MTN Côte d'Ivoire et Moov Côte d'Ivoire se concurrencent pour  l'obtention de licences globales octroyées d'une valeur de 100 milliards de F CFA, soit plus de 166 millions de dollars. Le Mobile Money est devenu le nouvel eldorado des acteurs du secteur.

En Côte d'Ivoire, le poids et l'impact des technologies de l'information et de la communication sur l'économie nationale sont considérables. On note que l'industrie emploie 150 000 personnes et compte pour 10% des ressources fiscales annuelles. Ces résultats spectaculaires sont dus à la politique de libéralisation du secteur qui a favorisé un climat d'investissements.

Jusqu'en 1995, les télécommunications étaient directement gérées par l'Etat ou des entreprises à capitaux publics. Après cette période, une nouvelle loi a permis la libéralisation du secteur et l'ouverture du marché à des privés.

L'ouverture du secteur des télécommunications en 1995 a coïncidé avec l'arrivée du mobile. Introduit en Côte d'Ivoire au milieu des années 90, il fut lancé par la société américaine COMSTAR en 1994. Deux ans plus tard, sont arrivés sur le marché deux autres opérateurs, à savoir : Ivoiris, qui porte aujourd'hui le nom d'Orange Côte d'Ivoire et Telecel de Loteny, qui a été par la suite racheté par la multinationale MTN.

Il y a près de six mois, ce sont six sociétés qui exerçaient dans le domaine de la téléphonie mobile, à savoir : MTN Côte d'Ivoire, Orange Côte d'Ivoire, Moov Côte d'Ivoire, Café Mobile, GreenN, Comium et Warid. Les quatre derniers se sont vus retirer leurs licences pour non-respect du cahier des charges, conformément à un nouveau cadre réglementaire adopté en 2012 pour répondre à la volonté de consolider le marché.

Les acteurs majeurs du secteur des télécommunications

Trois acteurs majeurs exercent dans le secteur des télécommunications : ceux qui opèrent dans la téléphonie mobile, ceux qui fournissent l'accès à  internet, ainsi que les entreprises privées et les SSII dépendant fortement de ces derniers. Orange Côte d'Ivoire, MTN Côte d'Ivoire et Moov Côte d'Ivoire sont les opérateurs principaux qui détiennent plus de 96% du marché dans les domaines du mobile, du fixe et d'internet.

 

 

ORANGE

 

MTN

 

MOOV

 

GLOBAL

Nombre
d'abonnés
à la téléphonie mobile

11 766 106

7 960 460

5 499 860

 

25 226 426

Parts de marché
selon le chiffre d'affaires

50,96%

32,37%

16,67%

100%

Fig.1 – Nombre d'abonnés aux services mobiles au 2e trimestre de 2016 (Source : ARTCI)

ORANGE

MTN

MOOV

GLOBAL

49,20%

33,28%

23,00%

105,48%

Fig.2 – Taux de pénétration à la téléphonie mobile au  2e trimestre  de 2016 (Source : ARTCI)

L'Etat ivoirien, par l'entremise du ministère de l'Economie numérique et de la Poste, fait la promotion et vulgarise le secteur des télécommunications à travers trois structures publiques qui sont :

-L'Autorité de régulation des télécommunications et des TIC de Côte d'Ivoire (ARTCI)

-L'Agence nationale du service universel des télécommunications et des TIC (ANSUT)

-L'Agence ivoirienne de gestion des fréquences (AIGF)

Le boom du Mobile Money ou quand les opérateurs se substituent aux banques

Ces cinq dernières années, le Mobile Money s'est imposé comme l'un des moyens de transactions financières les plus utilisés par les populations. Dans un pays où le taux de bancarisation atteint difficilement les 15%, cela est une vraie aubaine et une autre façon de relancer un secteur toujours à la recherche de produits innovants.

Déjà, en 2014, un rapport de la Banque mondiale indiquait que les détenteurs de comptes de paiement mobile (24%) ont dépassé ceux de comptes bancaires (15%) en Côte d'Ivoire.

Au cours du premier semestre de 2015, les recettes sur les retraits, les transferts et les paiements de factures ont atteint 17 milliards FCFA, soit environ 28 millions de dollars, révèle l'ARTCI. Le gouvernement ivoirien, lui, évalue le volume des transactions mobiles à entre 8 et 17 milliards FCFA (16 et 28 millions de dollars) par jour.

Pour garder son avance sur ses concurrents, Orange Côte d'Ivoire s'est doté d'un centre d'expertise, en conformité avec Orange Money (CECOM) sis à Abidjan, qui accompagnera son offre de services financiers en Afrique de l'ouest. A terme, l'opérateur vise la micro-finance et la micro-assurance. Il a d‘ailleurs aussi obtenu une licence d'Emetteur de monnaie électronique (EME), lui permettant de gérer sans partenaire bancaire le paiement de factures ou les transferts d'argent à partir des comptes Orange Money.

ORANGE

MTN

MOOV

GLOBAL

 

Nombre d'abonnés 
au Mobile Money

 

4 819 769

 

1 492 726

 

426 245

 

6 738 740

Fig.3 ‒ Nombre d'abonnés au Mobile Money au 2e trimestre de 2016 (Source : ARTCI)

Le leader du secteur des transactions financières via mobile est Orange Côte d'Ivoire avec près de 75% des recettes globales perçues. Il est suivi par MTN Côte d'Ivoire avec 24% des recettes du marché et Moov Côte d'Ivoire qui conserve près de 1% des recettes perçues à travers les retraits, les transferts et les paiements.

Avec la 3G et la 4G, un plus grand nombre de consommateurs a accès à internet

Si, au départ, l'ADSL était la seule option pour accéder à internet, aujourd'hui le mobile avec la 3G et la 4G, a introduit une nouvelle donne et fait passer le taux de pénétration de moins de 1% à près de 30%. L'accès est dominé par le mode mobile qui connaît une forte progression. Les coûts de l'internet, élevés au départ, étaient dus à la situation de monopole de l'opérateur historique Côte d'Ivoire Télécom, détenteur du seul câble sous-marin international à fibre optique. Depuis, le pays dispose de trois câbles sous-marins qui ont permis d'observer des réductions significatives des prix de l'ADSL et les services de haut débit sans fil Wimax.

 

MTN
Internet

AVISO

VIPNET

ALINK

YOOMEE

TOTAL

Nombre d'abonnés
à internet fixe

27 966

65 389

2 198

49

6 353

101 955

Fig.4 ‒ Marché de l'ADSL en Côte d'Ivoire au  2e trimestre de 2016 (Source : ARTCI)

 

ORANGE

MTN

MOOV

Total

Nombre d'abonnés
à l' internet  mobile

2 707 779

3 505 557

1 285 251

7 498 587

Parts de marché
selon le nombre
d'abonnés

36,11%

46,75%

17,14%

100%

Fig.5 ‒ Marché de l'Internet Mobile en Côte d'ivoire au 2e trimestre de 2016 (Source : ARTCI)

Le potentiel de croissance du secteur demeure important en Côte d'Ivoire. La 4G, qui a fait son entrée depuis quelques mois, va encore développer l'internet mobile et faire progresser le taux de pénétration. Ces trois dernières années, l'e-Commerce a commencé à gagner du terrain avec des entreprises comme Jumia, Afrimarket, CDiscount ou Wasiri. L'Etat affiche sa volonté d'investir dans des infrastructures avec 7000 km de fibre optique et de créer des centres de données pour encourager le développement d'e-Services et soutenir l'implantation de multinationales dans une zone franche des technologies.

Pin It

Dernier Numéro