loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

L’augmentation des vitesses du haut débit au cours des dernières années a permis au monde d’avoir recours à divers services liés à la communication et la technologie. Bien que ces grandes vitesses aient été source de nombreux avantages aux utilisateurs, les habitants des régions rurales n’ont pas profité de l’impact positif de ce progrès parce qu’elles sont relativement délaissées et ne profitent pas de la couverture des réseaux avancés.

En effet, cette situation s’aggrave de plus en plus, d’autant plus que les réseaux DSL utilisés dans les régions rurales sont incapables de supporter de nouveaux services offerts aux consommateurs tels que le streaming de vidéos et le téléchargement de documents de larges tailles. Ceci revient au fait que les vitesses du DSL atteignent en moyenne 6 Mbps alors que la vitesse du haut débit atteint 28,9 Mbps. Alors que les nouveaux services tels que le streaming en HD sont lancés, les clients n’ayant pas accès à un réseau à haut débit ne peuvent pas en profiter, y compris les services complémentaires ou (add-on services)  offerts par des fournisseurs de services de communication ou CSP.

Toutefois, l’amélioration de la situation dans les régions rurales requiert une infrastructure onéreuse et une main d’œuvre coûteuse, et donc les CSP ne profiteront pas de retour sur les investissements puisque le nombre d’abonnés dans ces régions est très limité. Voilà pourquoi, les opérateurs hésitent à y développer les services de lignes fixes.

La 4G LTE était source d’espoir pour les clients vivant dans les régions rurales. Toutefois, même si elle garantit des vitesses de téléchargement de 14 Mbps et donc plus rapides que celles offertes par le DSL, le signal du réseau est influencé par plusieurs facteurs tels que la météo et l’environnement, et par conséquent, sa fiabilité est moins contrôlable que celle de la ligne fixe.

A la lumière de ce fossé qui ne cesse de s’élargir à cause des failles existant au niveau du DSL et étant donné que les réseaux mobiles ne peuvent pas encore subvenir aux besoins des clients dans ces régions, il vaut mieux tirer le meilleur des deux mondes. En d’autres termes, il faut jumeler les avantages et du mobile et de la ligne fixe pour pouvoir surmonter ce défi et garantir un accès égal à tout le monde à une connexion internet rapide.

Afin de garantir une connexion à haut débit aux régions rurales, il est nécessaire de développer des routeurs hybrides pouvant mêler le réseau des données mobile à la connexion DSL par le biais de logiciels intelligents. Cette approche augmentera les vitesses pour les consommateurs de la connexion DSL vivant dans des régions marginalisées.

De cette manière, le DSL sera la méthode de connectivité primaire alors que la LTE sera activée pour accomplir des tâches requérant de plus grandes vitesses. Par conséquent, les consommateurs profiteront de la fiabilité de la connexion DSL ainsi que des avantages de la large bande de la 4G.

En outre, les CSP pourront aussi tirer profit de cette solution ; ils peuvent utiliser les pylônes de téléphones pour consolider leurs réseaux et maximiser leur infrastructure en cuivre. En effet, des opérateurs ont commencé à mettre en application cette technique, tels que Deutsche Telekom.

Les régions rurales ont besoin désormais de la connectivité afin de pouvoir compléter les activités quotidiennes. Voilà pourquoi, cette approche de connexion hybride s’avère être l’option la plus efficace et réaliste pour les clients ruraux.

Avec l’essor des maisons connectées et l’internet des objets (IoT), l’accès à une connexion rapide sera, dans un proche avenir, une nécessité pour gérer la vie quotidienne. Vu les coûts relativement faibles et le large fossé existant sur le marché, les CSP doivent saisir cette opportunité en or et monétiser cette nouvelles technologie.

 

 

 

Pin It

Dernier Numéro