loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

La notion d’intelligence artificielle n’est plus nouvelle. Tout le monde s’est désormais familiarisé avec ses applications, domaines d’utilisation et impact multidisciplinaire. Cette technologie est le centre  de tous les débats et conférences internationales parce qu’elle changera sans doute le monde et contribuera à la création d’un futur que nous croyons être encore lointain, mais qui, en réalité, est plus proche que nous le pensons. L’intelligence artificielle aura un impact sur tous les domaines, toutefois, son impact économique sera le plus significatif.

Afin de pouvoir mesurer l’impact de l’intelligence artificielle, il faut tout d’abord comprendre son potentiel, examiner ses avantages et inconvénients tout en abordant les inquiétudes et problématiques qu’elle soulève. Trouver une définition exacte relève de l’impossible, toutefois, définir le terme « intelligence artificielle » ne servira à rien ; c’est son impact, précisément économique, qui nous intéresse.

Les cas d’utilisations et les implications sur les moyen et long termes sont plus importants qu’une définition générale parce qu’en assimilant ces deux facteurs, on sera prêt à se lancer dans l’aventure de l’intelligence artificielle. Ce qui est de plus en plus important est de comprendre que cette technologie est un outil utilisé pour renforcer le développement humain.

L’intelligence artificielle est une procédure intelligente capable d’entreprendre des activités mentales d’une façon différente des machines, parce qu’elle ne se base pas uniquement sur les mots-clés mais sur d’autres informations lui permettant de donner des résultats correctes.

Selon un rapport de PwC, l’intelligence artificielle est la plus grande opportunité commerciale existant dans ce monde qui est en évolution continue et rapide. Elle se reflètera par une croissance économique et contribuera, d’ici 2030, de 15,7 milliards de dollars à l’économie mondiale.

L’intelligence artificielle promet des gains de productivité et une hausse de la consommation. Les gains de productivité du travail devraient représenter plus de la moitié (55%) de la totalité des bénéfices économiques générés par elle, le reste provenant d'une hausse de la demande des consommateurs induite par la commercialisation de produits plus personnalisés ou de meilleure qualité intégrant cette technologie.

Selon le même rapport, un retournement devrait s’effectuer en 2030, où 58% de la croissance du PIB mondial attribuée à l’intelligence artificielle devraient alors provenir de la demande. L’amélioration des produits, l’évolution de la demande et des comportements des consommateurs pourraient ainsi ramener près de 9 000 milliards de dollars supplémentaires dans l’économie mondiale. L’augmentation de la consommation induite par elle devrait alors dépasser les gains de productivité.

« Notre analyse met en avant le potentiel de création de valeur considérable lié à l'intelligence artificielle pour les entreprises, sans doute beaucoup plus important que celui induit par l’automatisation. A court terme, l’IA aura un fort impact sur l’offre en permettant aux entreprises d’automatiser certaines tâches routinières, de renforcer les compétences de leurs salariés et de leur libérer du temps pour se consacrer à des tâches à plus forte valeur ajoutée. A plus long terme, c’est la demande croissante pour des produits et des services « intelligents » qui portera la dynamique économique », explique Gaëtan Bodmer, associé chez PwC en charge de la transformation digitale.

Tous les secteurs et domaines d’activités témoigneront de l’impact de l’intelligence artificielle. Toutefois, trois secteurs principaux profiteront le plus de l’adoption de cette technologie : la santé, l’automobile et les services financiers.

A titre d’exemple, dans le domaine sanitaire, l’intelligence artificielle garantira une plus grande précision des diagnostics et améliorera la qualité des résultats qui seront délivrés plus rapidement. Les traitements seront plus efficaces et les bénéfices pour les patients seront remarquables.

Selon François Royer, directeur chez PwC spécialiste en analyse de données, « tous les secteurs et toutes les entreprises seront d’une manière ou d’une autre impactés par l’IA. Sur le seul critère de la productivité, les conséquences pourraient transformer, voire perturber, l’environnement concurrentiel. Aussi, les entreprises qui ne parviendront pas à adopter rapidement l’intelligence artificielle pourraient rapidement être fragilisées que ce soit en termes de délais d’exécution, de coûts et d’expérience client. Résultat : elles pourraient perdre d’importantes parts de marché. Le défi majeur, qui se pose à elles, consiste à recruter les bons profils et à se doter de la technologie et d’un accès aux données appropriés afin d’exploiter pleinement les opportunités offertes par l’intelligence artificielle ».

Afin de pouvoir profiter de tous les avantages économiques de cette technologie révolutionnaire, il faut commencer à se préparer à son avènement. De là, une stratégie pertinente doit être mise en place. Même si l’intelligence artificielle possède des capacités intelligentes lui permettant d’entreprendre des activités humaines, il va sans dire qu’elle ne remplacera l’homme jamais. Voilà pourquoi, il faut, en premier lieu, renforcer les capacités humaines et lancer des programmes de formation afin de pouvoir accepter et s’adapter avec cette technologie.

En outre, il faut redéfinir la structure des entreprises et repenser leurs fonctionnements, départements et offres. L’intelligence artificielle engendrera une augmentation exponentielle de la demande des consommateurs, donc les entreprises doivent élaborer des stratégies pour savoir comment réorienter leurs politiques vers l’intelligence artificielle. 

 

Pin It

Dernier Numéro