loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Après avoir constaté l’impact des villes intelligentes, AD Display a organisé un sommet intitulé : « Vision future des villes algériennes – villes intelligentes », le 25 Janvier au Centre international des conférences d’Alger « Abdelatif Rahal ». Ce sommet s’est concentré principalement sur le futur des villes algériennes et la possibilité de les transformer en villes intelligentes.

Actuellement, bon nombre de pays aspire à réaliser une transformation numérique. Plusieurs parmi eux ont commencé ce parcours à différents niveaux, tels que l’e-gouvernement, le mobile money, les taxis connectés, etc… Dans ce même contexte, des pays déploient des efforts inlassables pour transformer leurs villes en villes intelligentes. L’Algérie est l’un de ces pays.

Il existe plusieurs facteurs qui ont poussé les organisateurs de ce sommet à décider de transformer les métropoles Algériennes en villes intelligentes. En effet, l’Algérie est le plus grand pays d’Afrique avec une population de 41,2 millions d’habitants. Il possède des ressources minières diversifiées et est l’un des plus grands gisements d’hydrocarbures, sans oublier le potentiel intellectuel important et le tissu économique significatif renforcé par les technologies de l’information et de la communication (TIC).

Afin de comprendre l’importance des villes intelligentes, il est nécessaire de se rendre compte du fait que les piliers d’une telle ville sont l’optimisation des coûts, l’organisation et la promotion du bien-être des habitants. Tout ceci peut se réaliser grâce aux technologies de l’information et de la communication (TIC) qui permettent de mieux gérer les ressources.

En mettant en place ces « smart cities », on aspire à rendre les villes durables, repenser les modèles d’accès aux ressources, créer de nouveaux modèles de transport, de gestion de déchets et de l’énergie, tout en protégeant l’environnement et la santé des habitants. 

En effet, AD Display, fournisseur algérien de mobilier urbain visant à transformer les cités algériennes en villes intelligentes, a voulu suivre le développement technologique en dotant ses mobiliers de connexion Wifi et d’écrans tactiles ouvrant ainsi aux Algériens l’accès au monde du numérique.

A titre d’exemple, l’entreprise déploie des panneaux publicitaires classiques et digitaux ainsi que des abris-bus classiques et intelligents garantissant l’accès à la connexion sans fil, un port USB pour recharger la batterie des téléphones portables, une poubelle de tri sélectif, un espace pour les personnes à mobilité réduite, des écrans digitaux qui permettent une communication entre le citoyen et la collectivité, des écrans LCD pour diffuser de la publicité mais aussi des campagnes à intérêt général et des avis émis par les services de sécurité et protection civile, etc.

Au cours de ce sommet, AD Display a présenté un programme portant sur l’investissement dans les villes intelligentes visant à améliorer la vie des citoyens à l’ère du numérique, à travers le recours à des technologies avancées. Ces dernières permettent aux hommes d’affaires de faire des transactions commerciales et d’offrir des services d’une manière très facile.

Plusieurs experts en la matière ont participé à ce sommet afin de vulgariser le concept des villes intelligentes du futur. On peut citer à titre d’exemple, Pilar Conesa, PDG d’Anteverti Smart City Barcelona, Jose Luis Esteva, PDG de Master Smart City Barcelona, Kean Brian Francis, président de Smart Power USA, et Toni Eid, PDG de Trace Media International.

« L’état des lieux de notre planète bleue nous rapporte que 2% de la surface de la terre qui représente les villes ou les métropoles abrite 50% de la population mondiale. L’état des lieux en Algérie nous rapporte quant à lui que  90% de la population vit sur moins de 11% du territoire soit 100 habitants par mètre carré. Mais ces villes n’abritent  pas que des habitants, cette parcelle abrite également une grande part de richesse mais aussi de pollution, de stresse, d’encombrements, de perte d’énergie, etc. Ce contexte là nous dit clairement que la gestion classique des villes doit changer ! Ce n’est plus une option mais un impératif », a précisé Mourad Hadj Said, PDG d’AD Display dans son discours d’ouverture.

« Des experts de différents secteurs ont mis en place un modèle de gestion plus adéquat à cet état de fait. Ce modèle s’appelle « smart city » ou ville intelligente », a-t-il ajouté.

Quant au but de cet évènement, Mourad Hadj Said a indiqué : « l’objectif de cet évènement est de mettre en exergue l’importance de la transformation des villes algériennes en villes intelligentes et de présenter le projet d’AD Dsiplay qui va dans le sens de l’accompagnement des collectivités locales, pour concrétiser ce concept en partenariat avec d’autres opérateurs économiques. »

Le PDG d’AD Display a affirmé lors de son discours que son entreprise a signé des accords et de partenariats avec des bureaux d’études  et certaines universités afin d’assurer la formation des gestionnaires des villes de demain sur le modèle Smart City et a espérer étendre ses activités dans le sens de la concrétisation de la transformation des villes algériennes en villes intelligentes.

Par ailleurs, un hommage a été rendu aux collectivités partenaires d’AD Display lors du dîner de gala organisé en marge de la conférence pour les remercier de leur collaboration au cours de ces dix dernières années.

Différents thèmes relatifs aux villes intelligentes ont été abordés tels que les mesures à prendre pour réussir à créer les villes futures, le rôle des TIC dans l’urbanisme, l’architecture des villes et la croissance démographique et le futur des villes intelligentes.

Dans son allocution, Irene Compte, chef des consultations chez Anteverti Smart City Barcelona,  a parlé de la ville de Barcelone comme étant une référence mondiale parce qu’elle est considérée comme l’une des plus grandes villes intelligentes au monde.

En effet, au niveau du transport, les trajets effectués par les habitants quotidiennement ont été analysés et un nouveau système de transport par bus a été mis en place. Il est désormais possible d’effectuer 95% des trajets avec une simple correspondance, voire aucune. Les arrêts de bus comprennent des écrans interactifs fonctionnant à l’énergie solaire et alertent les usagers du prochain passage de bus.

Le président de l’Assemblée populaire commune d’Alger Centre, M. Bettache, a appuyé cette initiative ayant comme but de transformer les villes algériennes en villes intelligentes et a suggéré de prendre la commune d’Alger Centre comme ville pilote.

Durant ce sommet, deux débats principaux ont eu lieu. Le premier était intitulé « comment rendre une ville intelligente » et a poussé les participants à proposer des initiatives et des méthodes visant à transformer les villes, notamment en Algérie, en villes intelligentes. Le deuxième débat a porté sur « Smart City : opportunité financière pour la ville » et visait à présenter les opportunités financières qu’apportent les villes intelligentes à la ville, aux habitants et à tout le pays.

Dans son allocution-clé, Toni Eid, PDG de Trace Media International, a parlé du futur des villes intelligentes en soulignant le rôle essentiel des technologies intelligentes, des opérateurs et des régulations ainsi que meilleures pratiques gouvernementales.

« Il faut discuter à propos de l’infrastructure des villes intelligentes et du déploiement du réseau et capteurs intelligents afin d’assurer des services intelligents au niveau du transport par exemple, ou de la santé, l’éducation, l’électricité, etc. », a-t-il précisé.

Et Toni Eid d’ajouter : « vivre l’expérience des villes intelligentes est au cœur du monde de la technologie et des télécoms. Donc, il est nécessaire de partager les idées, connaissance et opinions afin de contribuer à façonner le futur des villes intelligentes. »

A la fin de son allocution, Eid a donné des exemples de villes intelligentes telles que Singapour qui a annoncé le programme de la nation intelligente, Hong Kong  qui a annoncé le mode de vie intelligente, ou Dubaï qui a mis en place l’indicateur du bonheur de ses citoyens  et a fixé un ensemble d’objectifs liés au concept de la ville intelligente.  

Il convient de signaler que l’Algérie passait par une période difficile, voilà pourquoi les cadres publics ont décidé de prendre des mesures adéquates afin d’optimiser la gestion des ressources financières et naturelles et d’améliorer la vie des citoyens.

 

Ces efforts se sont reflétés dans la ville de Sidi Abdellah qui a adopté un modèle urbain, et par la dotation de mobilier urbain intelligent tel que les abribus connectés installés dans plusieurs villes du pays. Donc, le pays est sur le bon chemin de la transformation numérique ; les fondements de villes intelligentes sont posés, il ne faut que continuer de déployer plus d’efforts afin de réaliser une transformation complète dans tout le pays. 

Pin It

Dernier Numéro