loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Après sa récente nomination, Telecom Review s'est entretenu avec Bernard Najm, SVP, réseaux mobiles, Nokia Moyen-Orient et Afrique, pour détailler davantage les différents aspects des réseaux mobiles, notamment la 5G, la sécurité et l'expérience client.

Vous avez récemment été nommé à la tête de l'activité Réseaux Mobiles de la région Moyen-Orient et Afrique (MEA). Félicitations ! Pouvez-vous nous expliquer ce que votre nouveau rôle signifie pour les clients de Nokia ?

Je vous remercie. Je suis honoré d'avoir été nommé à la tête de l'activité Réseaux Mobiles de Nokia pour la région MEA. Dans le cadre de cette nouvelle structure, nous avons consolidé diverses fonctions nécessaires à une organisation plus forte, plus cohérente et plus responsable, afin d'apporter une plus grande valeur à nos clients dans un monde en mutation. Nous sommes pleinement engagés à fournir à ce marché des réseaux critiques de qualité supérieure basés sur une innovation continue et à permettre un monde plus productif, durable et inclusif.

Mon rôle, en tant que Senior Vice-Président, Réseaux Mobiles pour cette région, est de diriger toutes les activités d’avant-vente et d'après-vente pour répondre aux besoins de nos clients en matière de réseaux mobiles. L'une de nos tâches les plus importantes est de comprendre les besoins des fournisseurs de services de communication (FSC) et des entreprises pour la région MEA, et de veiller à ce qu'ils soient proprement adressés par les solutions et les services Nokia, à temps, et en avance par rapport  à la concurrence.

Qu'est-ce qui fait la pérennité d'un réseau mobile ? Que propose Nokia pour aider ses clients d'Afrique à cet égard ?

Une latence ultra-faible, une connectivité massive et une capacité extrême sont les caractéristiques que nous attendons des réseaux d'aujourd'hui partout dans le monde, y compris en Afrique. Pour répondre à ces exigences, les réseaux 5G doivent être très polyvalents, capables de modifier leur architecture pour prendre en charge une vaste gamme de services. Les investissements d'aujourd'hui doivent également garantir que le réseau radio est à l'épreuve du temps, prêt à répondre aux demandes futures, quelles qu'elles soient et à tout moment. L'augmentation du trafic que nous avons connue en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19 est un bon exemple de cette demande inattendue.

Notre solution radio Nokia AirScale répond à toutes ces exigences et bien plus encore en faisant fonctionner toutes les technologies 2G, 3G, 4G et 5G dans un même accès radio, en offrant une énorme capacité de mise à l'échelle,  une latence et une connectivité à la pointe du marché. L’accès radio AirScale est la première solution commerciale 5G complète permettant aux opérateurs de capitaliser très tôt sur la 5G. Grâce à notre portefeuille accès radio AirScale, nous proposons une approche modulaire pour construire des réseaux qui offrent la capacité extrême, la connectivité massive et la latence ultra-faible requises pour les services 5G. Le portefeuille prend en charge toutes les technologies d'accès radio, y compris la 4.9G, qui assure la continuité de service futur avec les réseaux 5G.

Je voudrais souligner que l'un des avantages uniques d'une station de base LTE 4G AirScale de Nokia est la possibilité de la migrer vers la 5G par une simple mise à jour logicielle, ce qui rend l'évolution vers la 5G plus rentable pour les opérateurs de télécommunications et plus sûre pour les techniciens qui n'ont pas à escalader les tours de téléphonie mobile.

Alors que la dynamique de la 5G a démarré en Afrique, qu'en est-il de l'expansion d'autres technologies comme la 4G dans la région même ?

Oui, la dynamique de la 5G a démarré dans le continent avec Nokia qui a lancé le premier réseau 5G d'Afrique de l'Ouest pour Togocom en novembre dernier et nous avons annoncé le lancement du premier réseau 5G de l’Afrique de l’Est avec Safaricom en plus bien sûr de Vodacom en Afrique du Sud que nous avions annoncé il y a six mois. Bien que la dynamique de la 5G se développe dans la région, il existe toujours une forte demande pour d'autres technologies, car le marché télécom africain est un marché diversifié. Cette dynamique devrait encore s'amplifier en 2021 et au-delà, car de nombreux opérateurs en Afrique se préparent à l'adoption de la 5G.  Parallèlement, dans de nombreux pays de cette région, le LTE et parfois la 3G restent les technologies clés en raison des contraintes de spectre, de l'écosystème des appareils et d'autres contraintes économiques. De nombreux opérateurs de réseaux investissent actuellement dans les technologies LTE et LTE-A afin d'améliorer l'expérience de l'utilisateur grâce à un MIMO d'ordre supérieur (4x4MIMO), à l'agrégation de porteuses, etc. qui constituent également une voie vers la 5G.

La sécurité est un élément important dans le déploiement des réseaux mobiles. Quel est votre point de vue ?

Les réseaux sont essentiels pour que tout le monde puisse se connecter au travail et à la maison, surtout pendant ce genre de pandémie. Ce qui est important ici, c'est de s'assurer que les gens peuvent compter sur les réseaux qu'ils utilisent avec une sécurité adéquate.

Cela nécessite des solutions conçues dès le départ pour la sécurité, qui sont correctement gérées avec une capacité de détection et de réponse robuste et également conçues avec des capacités de prévention pour faire face à d'éventuelles menaces.

La stratégie de sécurité des réseaux télécoms nécessite un bon équilibre entre les approches proactives et réactives. Avec l'évolution dynamique que connaissent les réseaux des opérateurs avec la virtualisation des fonctions de réseau, l'adoption du cloud, l'Internet des objets (IoT) et la 5G, il est nécessaire de procéder à un examen global de l'architecture de sécurité globale.

Les opérateurs de télécommunications devront tirer parti des analyses de sécurité multidimensionnelles pour une détection rapide des menaces. Un nouveau paradigme de sécurité distribué, dynamique et massivement extensible est nécessaire pour assurer l'intégrité à travers chaque couche du réseau, en veillant à ce que les personnes, les processus et les outils soient alignés sur la stratégie de sécurité et l'évolution de l'architecture réseau des télécoms. Nokia dispose d'une large gamme de services qui peuvent aider les opérateurs à atteindre ces objectifs.

Comment Nokia favorise-t-elle un écosystème 5G robuste grâce à son investissement dans l’Open RAN ?

Alors que le déploiement de la 5G se poursuit, l'industrie a commencé à explorer les avantages potentiels d'un écosystème élargi d'acteurs du marché de l'accès mobile. Les FSC, les équipementiers et même les gouvernements travaillent ensemble pour définir le rôle des normes ouvertes et la manière dont elles peuvent contribuer à faire évoluer les réseaux 5G pour prendre en charge de nouveaux services et améliorer l'efficacité. Le réseau d'accès radio ouvert (RAN) est au cœur de cette discussion.

Chez Nokia, nous sommes fiers d'avoir une approche unique de l'ouverture par rapport aux autres fournisseurs, et nous avons choisi de rejoindre l'Open RAN Policy Coalition. Les parties prenantes du secteur, y compris les fournisseurs de services de communications électroniques, sont en train de créer une voie pour l'adoption de l'Open RAN. C'est pourquoi nous travaillons avec les fournisseurs de services de communications électroniques pour contribuer à la définition de normes, y compris les interfaces Open RAN, et à la définition d’un plan d'adoption.

En favorisant les innovations, telles que l'intelligence artificielle (IA) et l'apprentissage machine ou machine learning (ML) appliqués au RAN, Open RAN offrira de nombreux avantages. Parmi ces avantages, je citerai l'amélioration des performances du réseau, l'accélération de la mise sur le marché de nouveaux services et fonctions, des réseaux plus souples et plus agiles, ainsi que des gains d'efficacité en matière de CAPEX et d'OPEX.

Nokia soutient depuis longtemps les technologies ouvertes et interopérables, et contribue également de manière substantielle au 3GPP pour les 3G, 4G et 5G. Nokia, aux côtés des FSC et d'autres parties prenantes, contribue à façonner les choix politiques qui influeront sur la manière dont les réseaux sans fil sont construits, y compris le soutien à la recherche et au développement dans les réseaux ouverts.

Pin It

Dernier Numéro