loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Dans le cadre du 50e anniversaire de Sofrecom, Telecom Review a choisi de s’entretenir avec Jacques Moulin, le directeur général de l’entreprise, pour parler du  véritable succès qu’a connu l’entreprise tout au long de ces années, ainsi que des éléments qui ont consacré cette réussite. En outre, Jacques Moulin a précisé le rôle de Sofrecom au niveau de la promotion de la réalisation de la transformation numérique, tout en abordant les opportunités d’établissement de villes intelligentes en Afrique du Nord.

 

Sofrecom célèbre cette année son 50e anniversaire. Quel regard portez-vous sur  le parcours de Sofrecom tout au long de ces années ? Comment Sofrecom a-t-il contribué à façonner le secteur des TIC ?

 

Cinquante ans,  c’est une longévité exceptionnelle pour une entreprise d'ingénierie et de service spécialisée dans le secteur des télécommunications qui a connu tant de bouleversements, de mutations et révolutions techniques, technologiques, économiques et sociétales. C'est aussi  une grande fierté pour les 1400 experts et consultants qui accompagnent  en Amérique latine, en Asie du Sud-Est, au Maghreb, en Afrique sub-saharienne, au Proche et Moyen-Orient mais aussi en Europe et en France, la  transformation de plus de 200 clients, opérateurs, gouvernements, régulateurs et institutions.

 

Cette longévité, nous la devons à la capacité de mobilisation et à l'engagement des femmes et des hommes qui construisent le « know-How network ».  Nous nous distinguons des cabinets de conseil car la grande majorité de nos experts et consultants vient de l'opérationnel, connaît au-delà des PowerPoint la réalité de la conduite de projets, les contraintes et opportunités des organisations complexes.

 

Par ailleurs, nous sommes aussi une PME qui sait développer une réelle agilité.  Grâce à notre ancrage international, nous avons su démontrer une très forte capacité d'adaptation et de compréhension des écosystèmes très diversifiés de nos clients.

Notre appartenance à Orange est aussi  un atout indéniable : non seulement nous participons à  la transformation digitale du groupe et contribuons à son développement international et à sa diversification, mais nous bénéficions aussi de sa formidable force d'innovation.

Depuis 50 ans, Sofrecom contribue activement à l’évolution du secteur : nos équipes de veille anticipent et décryptent les mutations.  De plus, et c’est l’une de nos spécificités,  nous avons développé des méthodes d’accompagnement qui s’adaptent aux contextes locaux  pour répondre parfaitement aux enjeux de nos clients.  

 

 

Qu’est-ce qui caractérise Sofrecom des autres sociétés travaillant dans le même domaine, et qui lui a permis de croître durant ces 50 ans ?

Deux spécificités de Sofrecom lui confèrent une place de choix sur le marché du conseil et des services ITN :

 

-          La connaissance fine des marchés à l’international et notamment du marché africain

 

Sofrecom a été créé pour mener des études de veille technologiques à l’étranger et accompagner le déploiement des réseaux et des infrastructures. Nous sommes donc  intervenus dès nos débuts sur le continent africain, où nous avons aujourd’hui encore de nombreuses activités. Nous avons acquis une connaissance des marchés et des enjeux des opérateurs et des gouvernements qui nous permet d’anticiper les besoins et d’adapter notre proposition de valeur pour offrir une qualité de service exemplaire, dans la durée.

 

-          Les compétences multiples de Sofrecom alliant à la fois des compétences de veille et d’anticipation, de conseil en management et de développement de services ITN

 

Nous aidons à la conception et au déploiement des stratégies de développement des opérateurs et pouvons intervenir sur toute leur chaîne de valeur : de la définition d’un plan schéma directeur jusqu’au déploiement et à la maintenance/optimisation des infrastructures. Notre approche intègre également les impacts de ces évolutions structurantes dans les organisations et les compétences : nous accompagnons la conduite du changement à tous les niveaux, en mettant  les collaborateurs au cœur du changement.

Nous contribuons par exemple aujourd’hui à la création de la première Corporate University spécialisée dans les TIC d’Afrique sub-saharienne.

 

Quel rôle Sofrecom joue-t-il au niveau de la réalisation de la transformation numérique, notamment en Afrique ?

Nous voulons être le partenaire privilégié de la transformation digitale des opérateurs et des gouvernements dans un futur qui sera plus digital que jamais, et force est de constater qu’à l’ère du digital, l’humain est plus que jamais au cœur des enjeux.

Pour que la révolution digitale profite à tous (salariés, managers, dirigeants), Sofrecom élabore avec ses clients un mode de management qui libère la créativité des collaborateurs et favorise leur prise d’initiative. Il s’agit de créer les conditions nécessaires pour que l’intelligence collective puisse se transformer en innovation.

Nos experts et consultants partagent avec nos clients les bonnes pratiques et l’expérience acquise pour assurer un processus de transformation durable, adapté et performant.

Nous les aidons à démultiplier et accélérer leur capacité d’innovation pour rendre leurs services toujours plus simples et intuitifs et mieux répondre aux besoins d’expérience et d’information en temps réel de leurs propres clients.

Le digital  crée une forte demande  pour des réseaux de communications et des systèmes d’information capables de supporter le volume exponentiel de données et les différents types de données échangées. Sofrecom accompagne ses clients pour transformer leurs réseaux et leurs SI tout en conciliant performance technique et efficacité économique.

Quatre axes principaux caractérisent l’action de Sofrecom en Afrique pour le développement numérique :

-          L’accompagnement à la transformation des infrastructures et son soutien à l’optimisation de la performance opérationnelle des opérateurs,

-          Son offre de service pour l’élaboration et le déploiement de stratégie d’e-gouvernement ; Sofrecom a été la première entreprise française à participer au projet Smart Tunisia.

-          Sa méthodologie d’accompagnement au changement et de transformation des organisations et des compétences ; nous avons fortement contribué, comme je l’ai précisé,  à la création de la première « Corporate University » ITN d’Afrique sub-saharienne. C’est un projet exemplaire et novateur, et nous espérons faire des émules. 

-          Son action en faveur de l’emploi et de l’accès des femmes aux métiers techniques. En effet, nous créerons, d’ici 2020, 500 emplois hautement qualifiés au Maroc et en Tunisie. 

Sur quel marché Sofrecom mise-t-il pour augmenter sa croissance?

Sofrecom poursuivra le développement de son activité  dans les géographies où nous sommes déjà présents ; au Moyen Orient, Afrique, Asie du Sud-Est en renforçant notre présence en Afrique où nous avons ouvert en 2016 un bureau de représentation en Côte d’Ivoire  et à Abidjan pour renforcer la proximité avec nos clients.

Nous poursuivons trois axes de développement. Nous renforçons nos expertises dans la transformation ITN et dans la virtualisation des infrastructures.

Nous étoffons aussi notre proposition de valeur pour accompagner les opérateurs dans l’amélioration  de l’expérience de leurs clients - enjeu le plus critique des opérateurs dans les années à venir - et à diversifier leurs activités, notamment dans les services financiers mobiles et dans l’énergie. En même temps, nous les aidons à conseiller les gouvernements  dans la mise en place des nouveaux services au travers du concept de villes connectées pour faciliter l’accès des administrés et citoyens à l’éducation, la santé et les services.

Nous poursuivons notre stratégie de développement de centre de services ITN, notamment au Maroc et en Tunisie d’abord pour Orange et ses filiales, puis pour d’autres clients.

  

A votre avis, allons-nous voir des villes intelligentes en Afrique du Nord prochainement ?

Le concept des «smart cities» ou «villes intelligentes» est à appréhender au pluriel puisqu’il n’existe pas un seul modèle pour bâtir une ville intelligente, mais plusieurs. Il s’agit d’agglomérations urbaines qui recourent à un réseau toujours plus puissant d’infrastructures et de services numériques.

 

En Afrique du Nord, le mouvement est déjà enclenché au travers de plusieurs initiatives et projets.

A titre d’exemple, le Maroc a fait de l’accès à la technologie digitale une priorité à travers le Plan Maroc Numérique. Les principaux objectifs étant la baisse de la consommation énergétique, l’optimisation des trafics urbains et interurbains, la gestion maîtrisée de l'éclairage public, et plus largement la recherche d'une efficacité énergétique des bâtiments régis par la réglementation marocaine.

 

Le Maroc s’est d’ores et déjà lancé dans l’acquisition d’un savoir-faire en matière de construction de villes nouvelles, telles la nouvelle ville intégrée Tamansourt et la nouvelle ville éco-conçue Zenata, avec la volonté d’allier modernité technologique et respect de l’identité locale dans l’architecture.

 

Le cluster Casablanca Smart City a vu le jour pour accompagner la capitale économique dans sa transformation en ville intelligente et devenir ainsi une des principales zones de services à haute valeur ajoutée pour l’Afrique.

Les initiatives et projets vont se multiplier avec l’avancement des déploiements des réseaux 4G mobiles et de la fibre ; ainsi, la Tunisie a annoncé le lancement d’un cahier des charges relatif à l’attribution des licences d’exploitation des réseaux de l’internet des objets et affiche sa volonté d’avancer sur ce thème pour développer des services intelligents.

 

Nous sommes prêts et avons la volonté de contribuer à ces formidables développements.

Pin It

Dernier Numéro