loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Le groupe espagnol de télécommunications Telefonica a publié un bénéfice net en baisse de 56,9 pour cent à 776 millions d'euros au premier trimestre, alors que ses résultats avaient été gonflés un an auparavant par la vente prévue de l'opérateur britannique O2.

Les analystes interrogés par le fournisseur d'informations financières Factset prévoyaient en moyenne 841 millions d'euros.

Telefonica, qui se classe parmi les cinq plus grands opérateurs de télécommunications mondiaux, avait bénéficié au premier trimestre de 2015 d'un effet fiscal avantageux lié à la vente d'O2 au conglomérat hongkongais Hutchison Whampoa pour 14 milliards d'euros. Cette transaction fait actuellement l'objet d'une enquête approfondie de la part de la Commission européenne.

Le résultat opérationnel avant amortissement (OIBDA), qui sert d'indicateur pour le groupe, a reculé de 6,7 pour cent à 3,38 milliards d'euros et le chiffre d'affaires de 6,6 pour cent à 10,78 milliards d'euros, selon un communiqué.

" Ces résultats correspondent à nos attentes pour l'année et nous permettent de réitérer nos objectifs financiers et celui d'un dividende de 0,75 euro par action pour 2016 ", commente le nouveau patron de Telefonica, José Maria Alvarez, dans le communiqué.

La dette nette de Telefonica s'élevait à 50,21 milliards d'euros fin mars, soit 292 millions d'euros de plus qu'en fin 2015. Il espère pouvoir la réduire avec la vente d'O2. Selon la presse espagnole, il a déjà commencé à chercher des alternatives si Bruxelles y pose son veto.

La crise économique et ce fort endettement l'ont poussé à se recentrer sur un nombre restreint de marchés : l'Espagne, l'Allemagne, le Brésil et les pays hispanophones d'Amérique du sud. Telefonica profite de la reprise sur son marché national, où son chiffre d'affaires a progressé de 8,6 pour cent. Ses ventes ont baissé en revanche au Brésil de 13 pour cent, alors que le pays est en pleine récession et secoué par une crise politique majeure.

Le groupe met l'accent sur les services à forte valeur ajoutée (fibre, télévision payante, 4G, smartphone).

Telefonica avait vu son bénéfice net reculer en 2015 de 8,5 pour cent à 2,75 milliards d'euros, à cause du coût d'un plan de départs volontaires en Espagne.

Pin It

Dernier Numéro