loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Le groupe de médias et télécoms européen Altice a annoncé avoir finalisé le rachat pour 17,7 milliards de dollars du cblo-opérateur américain Cablevision, qui dessert notamment l'Etat de New York.

Déjà propriétaire de l'opérateur Suddenlink dans le sud du pays, le groupe européen va ainsi être propulsé au quatrième rang du lucratif marché américain du cble avec plus de 4,6 millions d'abonnés dans vingt Etats américains.

La finalisation de l'acquisition de Cablevision marque une étape importante dans le développement d'Altice Group ", souligne Patrick Drahi, fondateur et principal actionnaire du groupe qui a cédé la présidence la veille au directeur général Dexter Goei, promu également PDG d'Altice USA.

Altice USA, qui continuera probablement de participer à la consolidation du cble américain, selon les analystes, devrait représenter cette année 40 pour cent du chiffre d'affaires de sa maison-mère mais est appelé à terme à en dégager la moitié des revenus, en raison d'un marché américain du cble aux fortes marges.

Notre but dans l'immédiat est d'intégrer Altice USA au sein d'Altice ", explique M. Goei, cité en référence également au rachat à 9 milliards de dollars de Suddenlink. Par la suite, en 2017, Altice USA, dont la maison-mère a effectué une série de rachats récemment dans les médias et les télécoms en Europe et dans les Caraïbes, pourrait se remettre en quête d'acquisitions.

2016 est une année d'intégration et de croissance des revenus. Après, nous verrons. Bien sûr que nous voulons grossir encore aux Etats-Unis mais ce n'est pas la priorité aujourd'hui ", a déclaré M. Goei, ancien banquier d'affaires à la chaîne d'informations financières CNBC.

Altice avait annoncé racheter Cablevision pour 17,7 milliards de dollars, soit la plus grosse acquisition réalisée aux Etats-Unis par un groupe français depuis la fusion Sanofi-Genzyme en 2011 pour 20 milliards de dollars.

L'opération, qui tombait dans un contexte de grandes manœuvres dans le secteur du cble aux Etats-Unis, avait suscité un examen minutieux des régulateurs qui s'interrogeaient également sur le poids de sa dette. La municipalité de New York, inquiète des 900 millions de dollars d'économies qu'entend réaliser Altice, avait notamment demandé des engagements au groupe sur la qualité du service.

Pin It

Dernier Numéro