loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Le groupe de télécoms Orange a publié un bénéfice net en repli de 75% pour le 1er semestre, à 830 millions d'euros, du fait d'un élément de comparaison défavorable, dû à la cession de sa participation dans l'opérateur britannique EE l'année précédente, mais a confirmé ses objectifs.

Sur cette période, le groupe a vu son chiffre d'affaires progresser de 1%, à 20,28 milliards d'euros, grâce notamment à un rebond des marchés de la zone Afrique et Moyen-Orient et une stabilisation du marché français, en légère croissance de 0,2% pour la première fois depuis 2009.

Sur le deuxième trimestre, l'opérateur historique voit ses ventes progresser de 1,4%, à 10,21 milliards d'euros, en accélération par rapport au premier trimestre de l'exercice.

« La stratégie que nous menons depuis de nombreux trimestres, fondée sur la convergence autour du foyer et sur la qualité des réseaux, porte aujourd'hui ses fruits », s'est félicité Stéphane Richard, le PDG du groupe.

Sur l'ensemble du semestre, l'Ebitda ajusté est en hausse de 1,1% à 5,98 milliards d'euros, avec une marge d'Ebitda ajusté en hausse de 0,2 point sur un an, à 29,6%.

Principal marché du groupe, la France renoue avec la croissance sur les six premiers mois de l'année, en hausse de 0,2% à 8,88 milliards d'euros du fait d'une amélioration de la tendance des services mobiles, encore en baisse de 1,1%, et une augmentation des services hauts débits fixe qui restent en hausse de 5%.

Au 30 juin, l'opérateur historique revendique une hausse nette de 18,3 millions de clients sur le mobile, dont 67% de forfaits 4G, et de 11 millions de clients haut débit fixe dont 1,69 million de clients fibrés.

En Afrique et au Moyen-Orient, le chiffre d'affaires est en revanche en repli de 1% à 2,49 milliards d'euros, avec cependant un retour de la croissance au deuxième trimestre, de 0,6% à 1,25 milliard d'euros.

La nouvelle activité bancaire du groupe, Orange Bank, en cours de test auprès des salariés du groupe, a de son côté enregistré une perte de 28 millions d'euros sur les six premiers mois de l'année. Le groupe a confirmé par ailleurs qu'il arrêterait une date de lancement après la rentrée de septembre.

 

 

Pin It

Dernier Numéro