loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Actuellement, la 5G est omniprésente dans tous les débats technologiques, conférences et événements spécialisés en télécommunications et TIC. Que ce soit au niveau de la normalisation, de l’allocation du spectre, des applications, ou de son impact, la technologie de la 5ème génération est sans doute ce que les experts en la matière aspirent à déployer d’ici 2020. Toutefois, bien que  qu’ils se concentrent sur la 5G, la 4G est encore en cours d’évolution.

Bien que la 5G soit au cœur de toutes les recherches, études et analyses élaborées dans le monde des télécommunications, d’aucuns se concentrent encore sur le perfectionnement de la couverture en 4G et sur son déploiement dans les régions encore non desservies. En effet, certains opérateurs viennent de lancer cette technologie et d’autres travaillent sur des évolutions de ce réseau.

En effet, selon Ovum, les réseaux de la LTE ont atteint 1,9 milliard fin 2016 et ont dépassé les 2 milliards en février 2017. Il est prévu qu’ils atteindront 3 milliards en 2018, 4 milliards en 2020 et 5 milliards en 2022. L’augmentation des connexions LTE montre que la demande sur la 4G augmente et que les opérateurs et  fournisseurs continuent à la développer  en trouvant de nouvelles solutions novatrices  basées sur la LTE ou ses évolutions.

Evolutions de la 4G

Le terme 4G est un terme générique qui englobe différentes technologies. Commençons par la LTE-U ou LTE Unlicensed Spectrum qui, en ayant recours à des bandes de fréquences non licenciées, améliore  vitesse et débit de téléchargement par le biais de l’agrégation de liens. Cette technologie exploite plusieurs bandes de fréquence et est actuellement déployée dans certains pays dont les Etats-Unis.

En outre, la LAA ou Licensed Assisted Access propose un concept différent ; le LBT ou Listen Before you Talk. Cette technologie analyse le réseau afin de trouver un spectre disponible qui ne soit pas encombré. De même, la LWA ou LTE-WLAN Aggregation a été développée pour renforcer les débits en agrégeant le réseau sans fil et celui de la 4ème génération.

Les technologies susmentionnées sont avantageuses au niveau du téléchargement de données et peuvent contribuer à l’amélioration des débits grâce à l’agrégation de lien sur les bandes licenciées et non licenciées. Dans ce même contexte, plusieurs évolutions de la 4G seront lancées cette année en attendant la publication de la Release 14 de la 3GPP.

Les équipementiers misent toujours sur ces technologies. C’est ainsi que Qualcomm était le premier fabricant à présenter la LTE-U intégrée au Snapdragon 820. Il a aussi fait des démonstrations de la eLAA ou Enhanced Licensed Assisted Access qui agrègent des fréquences sans licences pour le téléchargement et l’envoi de contenu.

L’équipementier est allé au-delà de ces technologies qui nécessitent un point d’ancrage sur un réseau 4G d’un opérateur sur des bandes de fréquences licenciées, en lançant MulteFire. Cette dernière est une technologie basée sur la LTE qui ne fonctionne que dans le spectre non licencié. Elle peut bénéficier aux fournisseurs de services internet et entreprises qui n’ont pas de licence pour utiliser des fréquences.

Quant aux opérateurs, ils sont encore en cours de déployer la 4ème génération et veillent à couvrir la totalité des territoires où ils opèrent. Toutefois, la 5G s’avère être le centre de tous leurs efforts actuels. En effet, tous les opérateurs se préparent au déploiement de cette technologie et œuvrent pour préparer l’environnement propice à son développement.

Bien que le monde se prépare au  lancement de la technologie de prochaine génération, des régions dans le monde sont encore mal desservies et non couvertes complètement par la 4G. Ceci prouve qu’il reste encore beaucoup à faire pour considérer que cette technologie est du passé. En effet, en attendant que la 5G soit commercialisée en 2020, il faut développer la technologie actuellement déployée afin de pouvoir répondre aux besoins des utilisateurs.

Bien que la couverture en 4G serait  globale dans les années à venir, toutefois elle le sera à des niveaux décalés puisque, par exemple, cette technologie a été déployée dans des pays avant d’autres. Donc, avant de parler de la 5G, il est crucial de garantir l’accès à la technologie de 4ème génération à tout le monde, d’autant plus qu’il faut attendre quelques années avant de témoigner de la commercialisation de la 5ème génération.

 

Pin It

Dernier Numéro